La mobilité est devenue un enjeu majeur dans la manière dont nous pensons le monde actuel, que l’on soit étudiant, actif en mobilité professionnelle ou encore pour tout citoyen lambda. Elle conduit à mener des réflexions qui tendent à développer le lien social au coeur de nos villes et de nos vies ultra connectées.

 

L'hyper connexion n'est plus réservée qu'aux plus jeunes

 

Inutile de tergiverser ; nous vivons (presque) tous connectés. Cette hyper connexion n’est d’ailleurs pas réservée aux populations les plus jeunes : elle touche tout le monde, toute catégorie sociale et d’âge confondues. La façon d’envisager nos modes de communication ne sera plus jamais la même et continuera d’évoluer. Il en est de même pour nos déplacements, qu’ils soient professionnels, pour les études et bien sûr pour nos loisirs.

 

C’est ce qu’on appelle la mobilité. Cette fameuse mobilité est envisagée aujourd’hui tel un véritable vecteur d’opportunité, contrairement à la manière dont nous pouvions la percevoir en France, il y a de cela encore quelques années. 

 

De nombreuses réflexions sont menées un peu partout dans le monde à ce sujet et notamment en France. Ceci, dans des domaines variés telle que la fonction publique, le monde de l’entreprise, la formation ou encore par exemple l’expatriation pour raisons professionnelles ou étudiantes.

 

 

Toutes ces réflexions ont pour but de créer de l’attractivité sur les territoires, tout en proposant une qualité de vie et de services aux nouveaux arrivants en mobilité, qu’ils soient étudiants, travailleurs ou même touristes de passage. Ces réflexions sur le sujet de la mobilité des personnes sont génératrices d’innovations et notamment de nouveaux services, totalement inexistants il y a encore quelques années. 

 

“C’est parce que la mobilité pose de nouvelles questions qu’il faut apporter de nouvelles réponses”

 

Les initiatives sont nombreuses, aussi bien du côté des entrepreneurs, lesquels amènent leurs réponses avec leurs startups, que du côté des villes et des citoyens qui proposent de nouvelles initiatives, renforçant par la même occasion le lien social. C’est exactement dans cette démarche que s’inscrit le le service global Move And Rent, avec cette idée de privilégier l’usage plutôt que la propriété, en proposant la location de mobilier et d’électroménager neufs. Mais nous pourrions citer des entreprises comme ILokYou qui propose un service de location de matériel entre particuliers, mais pas seulement : les membres ont également la possibilité de proposer une aide selon leurs compétences. Dans un tout autre domaine, nous pourrions citer Wheelizun nouveau service innovant de location de véhicules équipés destinés aux particuliers en fauteuil roulant. Un article beaucoup plus long serait nécessaire pour citer le nombre incalculable d’initiatives fondées sur la mobilité et nos nouvelles façon d’envisager nos territoires, donc nos relations aux autres. Ces réflexions intègrent de fait la notion de lien social.

 

 

La rue vecteur de lien social

 

Il n’y a pas que dans les entreprises qu’il se passe des choses. La rue est elle aussi force de proposition. Pendant que certains se contentent de critiquer la dématérialisation de nos vies et donc de nos rapports à l’autre, d’autres proposent des très belles initiatives pour combattre la solitude qui est une réalité dans certains cas, avec pour seul but, loin d’être utopiste, celui de créer du lien social avec le concept de “repos urbain”.

 

Au beau milieu de nos vies trépidantes faites de mobilité physique et numérique, les citadins sont ainsi invités à s’arrêter un instant, à faire une pause pour contempler la ville et ses habitants. Grâce à différentes installations tels que des bancs en bois placés ça et là au bas des immeubles, on engage ainsi la conversation avec les voisins et les passants. Idéal pour les personnes en mobilité professionnelle ou les étudiants, résidents de passage des villes désireux de rencontrer de nouvelles personnes.

 

 

De nouveaux espaces de loisirs sont également créés à la place de bouts de parkings non utilisés, en pleine ville, générant nouvelles activités et lien social. Le dernier exemple original nous vient de New-York, où des petites tables et chaises sont installées sur certaines station de métro, pour transformer l’attente ennuyeuse par un contact, un sourire ; bref une pause parfois salutaire permettant de balayer le stress urbain, l’espace d’un instant. Et cela fonctionne ! Il y a fort à parier que ce type d’initiative va fleurir aussi en France ; le phénomène à déjà commencé et devrait prendre de l’ampleur dans les années à venir.

 

 

Sources de l’article :